Peut-on considérer le speedrun comme de l’e-sport ?

Il s’agit d’une question ouverte, que ma réflexion se base sur plusieurs discours et que ce positionnement peut évoluer. Le speedrun et encore plus son étude scientifique sont jeunes.

Cette question m’importe peu dans le cadre de mon travail doctoral mais le débat existe au sein des speedrunners. Du coup, je me suis intéressé au sujet et je vous partage ainsi ma réflexion.

Il faudrait commencer par définir ce qu’est l’e-sport. Dans sa thèse, Nicolas Besombes (2019, 17) explique que la première caractéristique majeure de l’e-sport est l’affrontement entre joueurs. Sauf qu’il écrit, un peu plus loin :

il existe des compétitions de jeux vidéo qui ne sont pas pour autant du sport électronique. Ces tournois […] consistent alors en ce qu’un joueur tente de terminer un jeu le plus rapidement possible. Cette pratique [est] le “speedrunning”.” (2019, 20)

Toujours d’après lui, l’e-sport est “un affrontement codifié de joueurs, par écran(s) interposé(s), lors de compétitions online ou offline de jeux vidéo” (2019, 20-21). Le speedrun est, à ce moment-là, exclu de ce prisme e-sportif. Quelques années plus tard, Besombes finira par considérer le speedrun comme de l’e-sport où la pratique devient, avec le scoring, un sous-genre du Solo Superplay, une catégorie qu’on ne retrouvait pas dans sa thèse.

 

Ce changement montre que, chez les chercheurs, le débat existe pour savoir si le speedrun est une pratique e-sportive. Tout dépend de ce qu’ils mettent derrière le concept de “sport”, de “skill”, de “compétition”, d'”activité physique” etc. Par exemple : le speedrun est une pratique e-sportive ? Oui parce qu’il faut s’entraîner mais non parce que les tentatives sont théoriquement illimitées. Oui parce que certains speedruns ne reposent pas sur la chance mais non parce que certains speedruns… reposent trop sur la chance. Oui parce qu’il existe des règles qui encadrent la pratique mais non parce que ces mêmes règles sont régulièrement négociées par les speedrunners mais pas par les créateurs du jeu etc. Selon la grille d’analyse, vous trouverez plusieurs discours et c’est normal car ce sont des objets étudiés depuis peu de temps. Il a fallu 60 ou 70 ans pour se mettre d’accord sur le concept de “document”, par exemple.

Maintenant, ce qui m’intéresse, c’est ce que les speedrunners pensent de tout cela. Comme l’écrivent Jonasson et Thiborg (2010, 293), “being a sport makes activity automatically legitimized and accepted“. Considérer le speedrun comme de l’e-sport vise cette légitimation, cette acceptation. Hemmingsen (2020) rappelle que “socially and institutionally it matters whether speedrunning, or e-sports more generally, are considered sports.

Il y a donc des enjeux importants à penser sa pratique comme de l’e-sport. Même s’il ne les détaille pas, j’imagine que l’enjeu social principal est de sortir le jeu vidéo d’une analyse péjorative. Je ne refais pas le coup des MEUPORGS ou de Macron pendant les émeutes de juin-juillet 2023 mais vous comprenez l’idée. Pour l’enjeu institutionnel, une meilleure reconnaissance permettrait au speedrun de bénéficier de structures, d’encadrements, de partenariats, de moulaga visant à sa promotion et à son développement.

Du coup, on pourrait se dire que les speedrunners sont unanimes et que les discours convergent vers une réponse commune… sauf que non. À la question : “considérez-vous que le speedrun soit de l’e-sport ?“, les réponses divergent. Il suffit de taper “is speedrunning an esport ?” sur Google pour s’en rendre compte ou de regarder cette vidéo enregistré lors de la troisième édition de SpeeDons :

Deux choses reviennent beaucoup dans la vidéo : l’aspect compétitif (qui lie le speedrun et l’e-sport) et l’aspect financier (qui éloigne le speedrun et l’e-sport). Je vais développer les deux aspects en commençant par le compétitif. Il convient de rappeler que le speedrun n’est pas uniquement de la compétition et peut servir de divertissement et je ne parle pas de “compétition divertissante” mais bien d’un format où il n’y a pas de compétition. On peut citer le fait de terminer un jeu en moins de deux heures pour un remboursement Steam ; terminer un jeu ou des jeux dans une catégorie inventée pour les besoins du stream (par exemple : les Soulsborne en utilisant uniquement la Moonlight Greatsword) ; les marathons etc.

Le speedrun est un objet protéiforme, c’est un peu tout à la fois pour tout le monde. C’est important de le retenir pour la suite.

S’il y a donc des enjeux à considérer le speedrun comme de l’e-sport, je pense qu’il y a aussi des enjeux à ne pas considérer le speedrun comme de l’e-sport et c’est là où je vais essayer de développer l’aspect financier. Il faut comprendre que le modèle actuel du speedrun et des communautés repose sur des fondements collaboratifs. La compétition existe parce qu’il y a cette collaboration. Plus les joueurs coopèrent, créent et partagent des connaissances, plus les speedruns gagnent en qualité. Plus la compétition est active, plus les joueurs sont motivés pour collaborer et voir jusqu’où ils peuvent casser le jeu. La compétition et la collaboration se nourrissent mutuellement. Ça, c’est la base. En revanche, l’évolution du speedrun comme une activité e-sportive organisée repose sur des contours financiers flous

Est-ce que le speedrun comme e-sport pourrait dériver vers quelque chose occultant la collaboration, où les speedrunners ne partagent plus rien ? Est-ce que l’introduction des cash prizes ne viendrait pas déchirer les communautés ? Est-ce que la compétition et son modèle économique sont un risque pour l’accessibilité ?

Les enjeux à ne pas considérer le speedrun comme de l’e-sport sont cette accessibilité et la préservation d’un modèle communautaire basée sur la collaboration, sur la libre circulation des informations. Réduire l’e-sport à son aspect financier serait néanmoins caricatural. L’e-sport, comme le speedrun, est un objet protéiforme et la ZrT TrackMania Cup ou les championnats du monde de League of Legends ne sont pas représentatifs de l’e-sport dans son ensemble. De la même manière, Interglitches ou SpeeDons ne sont pas représentatifs du speedrun dans son ensemble. Ce sont des vitrines mais la pratique se vit différemment au quotidien

Bref. Le débat, comme vous pouvez le voir, existe. En tant que chercheur, mon travail est de montrer cette réalité dichotomique. Ce que j’en pense : savoir si oui ou non le speedrun est une activité e-sportive traduit surtout une évolution des speedrunners dans leur manière de penser leur pratique qui est beaucoup plus prise au sérieux qu’il y a dix ou quinze ans. Ce discours a évolué car il y a une professionnalisation des speedrunners et une volonté de valoriser des compétences acquises dans la création de contenus, la gestion d’associations, l’organisation d’événements etc.

Alors, le speedrun est-il de l’e-sport ? Comme je l’ai dit tout à l’heure, la pratique est trop protéiforme pour être uniquement associée à une seule grille de lecture : le speedrun n’est pas complètement de l’e-sport. J’ai essayé de montrer les différents enjeux, les arguments et pourquoi cette question pouvait émerger, aujourd’hui, dans le discours des speedrunners. En fait, c’est impossible de répondre “oui” ou “non” à cette question en tant que chercheur. Paradoxalement, cette impossibilité à trancher est une réponse en soi car elle reflète la réalité contemporaine de la pratique. Peut-être qu’on verra une évolution dans quelques années. Ou peut-être pas.

RÉFÉRENCES

BESOMBES, Nicolas. 2019. Sport électronique, agressivité motrice et sociabilités. Thèse en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Paris, France : Université Pierre Descartes. Disponible en ligne : https://hal.science/tel-01517861v2/document

JONASSON, Kale & THIBORG, Jesper. 2010. Electronic sport and its impact on future sport, in Sport in Society: Cultures, Commerce, Media, Politics. 13 (2), pp. 287-299. https://doi.org/10.1080/17430430903522996

HEMMINGSEN, Michael. 2020. Code is Law: Subversion and Collective Knowledge in the Ethos of Video Game Speedrunning, in Sport, Ethics and Philosophy. 15 (3), pp. 435-460. https://doi.org/10.1080/17511321.2020.1796773

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sacha Bernard (30 juin 2023). Peut-on considérer le speedrun comme de l’e-sport ? Blog-Assisted Research. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://speedrun.hypotheses.org/438


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search